top of page
La santé intégrative
20210130_143737 (2).jpg

Une régulation bien menée régulièrement questionnée protège des grands déséquilibres qui se nomment maladies. Les petites fluctuations, elles, se traduisent par des troubles passagers (sans réelle nécessité de soins) ou par des troubles chroniques gênants (qui nécessitent une régulation).

Se prémunir, entrer dans une attitude préventive. Un fait chronique même non gênant doit vous faire réagir tout de suite. A ce stade, il n'y a pas de maladie profonde mais il y a une alerte qui propose de rétablir quelques habitudes pour éviter une catastrophe dans un avenir plus ou moins proche.

La prévention s'apprend hors champ médical puisqu'elle ne se pratique pas grâce aux médicaments. En outre, elle permet de désengorger les structures médicales saturées. Elle se pratique main dans la main avec la médecine classique. Le plus souvent elle coûte un petit budget mais pour toute une vie. C'est un ensemble d'informations transmises pour votre compte "connaissance, culture, ouverture" qui s'appuit sur les lois impérissables de la nature. Comprenez-vous ?

Les lois de la nature sont indiscutables, nous ne sommes nous-mêmes qu'un petit élément de la haute intelligence Nature. Votre corps obéit à ces lois. Il peut s'épuiser à rétablir nos plus dangeureux écarts récurrents...jusqu'au jour où il craque et patatras, maladies. En apprenant, en vous éduquant, vous limiterez les pratiques alimentaires insidieuses (véritable fabrique de maladies).

La maladie est rendue visible grâce à un ensemble de symptômes qui sont le reflet de votre maladie toute entière interne (pas toujours perceptible, relativement cachée et silencieuse) et externe à la fois. La totalité caractéristique des symptômes est le visage de votre déséquilibre interne. On ne peut considérer les symptômes comme de petits morceaux douloureux disgrâcieux gênants à traiter isolément ou alors nous risquons d'orienter le mal plus profondément encore donc d'aggraver le cas. Toutes les maladies ont un lien avec nos pratiques alimentaires et d'autres (l'acquis) qui améliorent ou aggravent, n'en doutez plus. L'alimentation et l'ensemble des pratiques quotidiennes sont des moyens de tempérance, d'accalmie, de soutien, de résorption etc.

Les comportements alimentaires peu conseillés (acquis) révèlent et aggravent nos fragilités et s'ils sont associés à un passage de vie où l'émotionnel est fortement mis en jeu, les risques sont d'autant plus forts et la puissance de la maladie d'autant plus difficile à reverser.

Plus que vous ne le pensez, apprenez que nous sommes loin d'être égaux, par conséquent les conseils tout venant aussi officiels soient-ils pour une population générale ont une limite rapidement atteinte selon vos besoins personnels. Soyez attentifs aux sensations qu'expriment votre corps et plus les phénomènes chroniques et maladies apparaissent plus il vous adresse un message d'alerte. Au fond, nous savons quelle santé nous avons et souvent nous ne voulons pas voir.

La bonne santé n'est pas perdue pour toujours, elle se retrouve. La maladie n'est pas acquise, elle se tarit par le jeu des équilibres internes du corps. Cet équilibre interne est absolument individuel, propre à chacun et quasi identitaire. Entrer dans son propre jeu d'équilibre c'est se donner les moyens de réguler sa santé pour toute sa vie.

L'alimentation : matériau n°1 pour le corps. Quel autre matériau pourrait l'entretenir par ailleurs ?

Le mental et les émotions : matériaux n°2

L'immunité : puissance naturelle de défense du corps, innée et acquise si on lui en donne les moyens. Elle s'entretient par la bonne santé.

Si l'ensemble est adapté la santé revient, à l'inverse la santé s'en va !

La maladie se montre sur les territoires sensibles du corps (par nature/inné et par expériences/acquis).

Le corps n'est pas avare de cadeaux, si nous lui offrons son "essence" il vous offre l'essentiel : la santé.

Toutes les maladies ont un lien avec nos pratiques alimentaires et d'autres (l'acquis) qui améliorent ou aggravent, n'en doutez plus. L'alimentation et l'ensemble des pratiques quotidiennes sont des moyens de tempérance, d'accalmie, de soutien, de résorption etc.

La totalité caractéristique des symptômes est le visage de votre déséquilibre interne. On ne peut considérer les symptômes comme de petits morceaux douloureux disgrâcieux gênants à traiter isolément ou alors nous risquons d'orienter le mal plus profondément encore donc d'aggraver le cas.

Bonne santé

Régulation

Se prémunir

Prévention

Loi de la nature

Maladie

Symptômes,

totalité des...

Maladies

Comportements

alimentaires

Je suis formée pour orienter au plus vite vers un médecin ou les urgences.

Cet engagement pour votre santé n'exclut pas le regard médical ni les interventions urgentes indispensables à la vie.

Individualité

Corps

Urgences médicales

bottom of page